SPECTACLES

Vaiana du bout du monde

18 novembre 2016

Quelle chance : Le Monde comme il va a pu voir en avant-première Vaiana la légende du bout du monde, la dernière production Disney. Bien sûr nous étions surveillés pendant la projection par WDPD (Walt Disney Police Department) pour que nous ne filmions pas le film mais c’était absolument formidable.

On commence par le truc qui fait rire : pourquoi Vaiana en France et Moana partout ailleurs ? Moana signifiant "océan", c’est plutôt mignon, plus adapté que Vaiana "eau de roche". Alors c’est quoi le lézard ? Juste une star du X, Moana Pozzi : pas très frais pour nos bambins, si ?

Tatouages animés

Donc Vaiana la dernière héroïne Disney, est une petite Polynésienne futée et très jolie qui n’a pas l’étrange profil de la Reine des Neiges et de sa sœur, ouf ! Malheureusement, le co-héros, Maui, a une tête de semi-crétin. "Semi" parce qu’il est sympathique quand même et qu’il a des tatouages magiques, vraiment magiques, animés et que c’est une belle trouvaille. La meilleure peut-être avec Heihei le coq débile qui se nourrit de cailloux et la grand-mère qui se réincarne en raie manta photo-luminescente !

Une belle histoire

L’histoire est intéressante à plus d’un titre : tout d’abord, on peut y lire une parabole de ce qui se passe actuellement, le réchauffement climatique qui menace les îles du Pacifique et tue les coraux, l’équilibre écologique sacrifié sur l’autel d’on-ne-sait-quel modernisme de très courte vue. On peut aussi reconnaitre dans l’inspiration des scénaristes l’histoire des Lapita, Austronésiens du sud-est asiatique qui, vers 1000 av. JC, traversent les mers jusqu’à Samoa, Tonga, Wallis et Futuna et n’en bougent plus pendant 1000 ans sans que l’on sache pourquoi ! Ensuite ils repartent à bord de leur grandes pirogues et investissent toute la Polynésie orientale.

De feu et de lave

A l’inverse de beaucoup de films pour les enfants qui cherchent avant tout à faire rire les adultes avec des gags et des jeux de mots pourris genre Shrek 4 : Un petit crin de folie ou Gang de requins : Même les petits poissons ont de gros sushis ou encore Raiponce : Un cheval, des cheveux, Vaiana cherche à apporter quelque chose aux curieux, une ouverture sur cette civilisation méconnue. Il y a un véritable respect pour la culture de ces îles du Pacifique que ce soit à travers les tatouages effectivement -ceux de Maui sont formidables et reflètent sa vie et ses préoccupations comme les vrais-, les va’a, pirogues à balancier faites pour sillonner les mers, et les grands mythes avec quelques dieux, demi-dieux et monstres du plus bel effet. D’ailleurs la créature de lave à la fin est si effrayante qu’elle interdit sans doute Vaiana au moins de... 7 ans ?

Le crabe bling-bling

Bien sûr, quand la lave se refroidit et que, de cette gangue, émerge Te Fiti une ravissante et gigantesque déesse couverte de gazon vert et de fleurettes qui, en s’endormant, forme l’île de Moorea, c’est un pur enchantement. Tout comme les transparences cristallines de cet océan plus vraies que nature.
Autre personnage du film, Tamatoa , "charogne aux yeux globuleux", un crabe très bling-bling avec sa carapace couverte d’or et d’objets qui brillent, les Kakamora, pirates noix de coco qui feront rire les petits, Pua, le petit cochon familier... Et un grand merci pour avoir gardé quelques chansons polynésiennes et ne pas avoir transformé tout en récital à la Céline Dion !

Sortie le 30 novembre

Bookmark and Share flux RSS


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?